Bribes de vie dans la tourmente.

Récits de personnages, petites et grandes histoires...
Répondre
Avatar du membre
Dirk
Membre
Messages : 42
Enregistré le : lun. 4 juin 2018 23:01

Bribes de vie dans la tourmente.

Message par Dirk » mer. 4 juil. 2018 21:42

Infernal
---
Inspire. Encoche. Vise. Réprime le tremblement. Ignore les cris. Souffle. Décoche.

"Un démon."

Inspire... Encoche. Vise...

"Dirk !"

Souffle... Décoche.

"Deux démons."

Répète la démarche.

"DIRK !"

Inspire. Encoche. Vise. Souffle. Décoche.

"Trois démons."

Encore.

"DIRK ! IL TE TOMBE DROIT DESSUS !"

Le monde autour de moi se nimbe d'un vert incandescent.
Une odeur de fumée infâme.
Je n'ai le temps de lever les yeux que tout devient noir suivi d'un immense craquement.
Puis le silence. Plus rien ne se passe. Tout n'est que néant. Que m'arrive-t'il ?



------------------------------------------------------------

"Vraiment. C'est ça ta réponse ? C'est comme ça que tu nous remercies ? En gâchant ton talent dans l'armée ?" Souffla Leanik d'un ton exaspéré.

Il faisait les cent pas dans la pièce, maugréant à tout va. C'est qu'il avait du coffre, pour un gnome. Juché sur cette hauteur légèrement supérieure à la moyenne, ce n'est pourtant pas cela qui le démarquait le plus mais cette chevelure longue d'un rose prononcé et ce nez pointu plutôt. Sans parler de sa légendaire salopette grise truffée d'outils et ses lunettes cul-de-bouteille couvrant ce regard rose empli de détermination. Si l'on ne connaissait pas Leanik sa tenue avait le mérite d'expliquer clairement sa fonction.
Les traits du gnome étaient froncés, le visage d'ordinaire joyeux orné d'un fin sourire laissait place à cette expression de colère et de frustration surlignant plus d'une ride. Ces pommettes venaient malgré tout mais surtout malgré elles adoucir les angles, on pouvait dire que ce gnome était un bon vivant, pas dans l'excès de poids cela dit.
Dirk continua de préparer ses affaires sans rétorquer quoique ce soit à son père, poussant un profond soupir.

"Oh maintenant c'est le silence, c'est ça ? Nous ne sommes plus assez bien pour vous Môssieur Dirk ?!"

Leanik vint attraper violemment l'épaule de son fils le forçant à se tourner pour lui faire face. Son fils lui offra un regard indifférent. Il avait tous les traits de sa mère, un nez rond, un visage fin -front fuyant et menton timide- et des yeux gris vert d'une intensité rare. Cela étant, il partageait l'engouement de son père pour les cheveux long, sa tignasse blonde jouant d'attention avec sa petite moustache et son début de bouc.

"DIS QUELQUE CHOSE ! Hurla Leanik, agitant vigoureusement son fils.

-Je n'ai aucun avenir dans l'ingénierie et tu le sais." Souffla Dirk avec calme.

La phrase eut l'effet d'un coup de poing au ventre, le visage de son père passa de la colère à la désolation la plus sincère avant de reprendre finalement du tonus et revenir à la charge.

"Tu n'as jamais essayé ! A ton âge, j'avais déjà fait mon nom ! J'en étais au moins à ma quatrième invention ! Je ne perdais pas mon temps avec cette poésie stupide ! Tu n'es pas un troubadour, tu es le fils de Leanik Fulguro-Boulon, tu es un ingénieur de génie !" Renchérit Leanik, martelant le torse de son fils d'un index inquisiteur.

Dirk fronça les sourcils, se dégageant d'un mouvement d'épaule et s'en retournant à ses préparatifs. Il ferma sa valise, l'attrapant par la poignée avant de se retourner pour fixer son père avec cette nonchalance habituelle. Leanik n'avait pas bougé d'un pouce les bras croisés et ses épais sourcils d'autant plus froncés.

"Je pense qu'on s'est tout dit, hm ? Si tu veux bien me laisser passer.

-Ne prend pas ce ton condescendant avec moi ! Tu ne vas pas si facilement t'en sortir ! Prend la porte ! Fais-le ! Je t'y encourage même ! Une fois celle-ci passée ? Tu n'es plus mon fils, je ne te connais plus."

Leanik décrivit plus d'un mouvement ample en s'écartant, désignant avec vigueur la dite porte, dernier atout d'une argumentation colérique des plus bancals. Dirk s'avança avec cette attitude mesurée et indifférente, s'arrêtant toutefois.

"Qu'est-ce que ça change ? Je suis supposé me faire un nom tu te rappelles ? Je me nommerai simplement Dirk s'il le faut. Ou bien je m'en ferai un dans un domaine qui n'est pas le tien. Mais merci à toi pour toute cette confiance et ces années de soutien."

Dirk se fendit d'un faux sourire en fixant son père, un dernier affront pour la route avant de sortir en claquant brutalement la porte et disparaître dans les ruelles de Gnomeregan d'un pied vif. Ce qu'il n'entendit pas fut la réponse courroucée de son père, ce qu'il ne vit pas non plus fut la lueur d'inquiétude et de tristesse qui avait traversé ses larges lunettes.

Avatar du membre
Skäli Brave-Tempête
Administrateur du site
Messages : 67
Enregistré le : mer. 2 mai 2018 21:37

Re: Bribes de vie dans la tourmente.

Message par Skäli Brave-Tempête » jeu. 5 juil. 2018 07:51

Chouette texte !! On veut la suite ! :)

Avatar du membre
Dirk
Membre
Messages : 42
Enregistré le : lun. 4 juin 2018 23:01

Re: Bribes de vie dans la tourmente.

Message par Dirk » ven. 6 juil. 2018 17:43

Sommeil
---
"Comment se porte celui-là ?"

Pourquoi ce souvenir me revient maintenant ? Pourquoi celui-ci en particulier ? Je regrette tout. Je ne lui ai plus jamais parlé après ça. C'était trop tard quand je suis revenu. Il me manque.

"Mal, il n'a pas encore repris conscience. Cela dit ça vaut mieux, il est clairement brûlé de partout. J'ai du mal à trouver quelque chose qui ne soit pas cassé dans ce petit corps."

J'essaie d'ouvrir les yeux. Sans succès. J'essaie de remuer. Sans succès. Je suis mort ?

"Il a des chances ?"

C'est mon fil de vie qui défile devant mes yeux, c'est ça ? Non, ne soi pas ridicule. Bouge, respire, réveille toi. Tu dors.

"Je ne crois pas qu'il passera la nuit. Dans le meilleur des cas il mourra dans son sommeil. On va faire notre possible pour le maintenir dans cette transe sans rêve. Rendre son départ moins douloureux."

Je finis par ouvrir les yeux, la lueur est intense, tout est vert, tout est si brillant. Je les ferme. J'essaie de respirer, l'air est vicié, il déchire ma gorge et se perd lourdement dans mes poumons, me donnant l'impression de deux pierres logées sur mon torse. Mouvement réflexe, j'essaie de bouger le bras, impossible.

"Il se réveille !"

Je suis frappé par un éclair de douleur, qui ne s'estompe pas. Au contraire, il s'intensifie, il gagne tout mon corps. Je veux hurler, tout ce que je parviens à faire c'est ouvrir la bouche, rien n'en sort. Je sens les tremblements me gagner, n'arrangeant en rien cette sensation intense de souffrance.

"Tenez-le ! Empêchez-le de convulser !"

Je ne contrôle plus rien. Je suis le passager d'un corps brisé à la dérive.

"Rendormissez-le bon sang !"

Accroche toi. Ne te rendors pas. Dormir, c'est mourir.

"Pauvre gars..."

Mes forces m'abandonnent. Bon sang... Non. NE DORS PAS. Ne...
-------------------------------------------------------

"Tout va comme tu veux p'tit gars ?" Souffla l'homme, venant s'installer à ses côtés auprès de ce petit feu de fortune situé plus à l'écart des autres tentes.

Dirk avisa l'individu avant d'opiner légèrement et de reporter son regard sur les flammes. Un jeune homme plutôt svelte, une stature dans la norme de sa race. On aurait dû mal à le penser Fantassin sans l'armure rudimentaire et un brin trop grande de Lordaeron qu'il traînait, tout comme on le confondrait aisément de dos pour une humaine face à cette chevelure longue et dorée descendant ouvertement sur ses reins. L'homme s'étira longuement, prenant ses aises en tendant ses mains vers les flammes. Dirk demeura silencieux.

Il n'avait pas réellement eu l'opportunité d’interagir avec les humains jusqu'ici et ce en dépit de leur aide inestimable dans la reprise de Khaz Modan. Depuis cet événement, l'Alliance avait poussé plus loin en empiétant dans les Carmines.
En cette nuit le campement de l'Alliance était paisible, animé par les multitudes de brasier et feu éparpillés entre les tentes, bercé par les clameurs et rires variés. L'ambiance était bonne. Et pourtant Dirk restait dans son coin.

"Tu m'as l'air d'être le cul entre deux chaises, hm ?" Renchérit l'individu, se fendant d'un sourire amical.

Dirk leva à nouveau le nez, haussant les épaules dans un soupir. Il ne traînait guère avec ses semblables, et n'allait pas vraiment vers les humains c'était un fait.

"J'me prénomme Drewk, au fait." Annonça l'humain, se désignant du pouce avant de tendre la main.

Dirk leva à nouveau les yeux pour évaluer plus longuement son interlocuteur un brin envahissant. Un visage anguleux, des traits fins et jeunes toutefois largement compensés par ce front ample et ce nez proéminent. Une fine bouche pour aller avec des yeux à l'éclat rougeoyant empli de volonté. C'est dire, ce visage avait du caractère rien qu'à le voir, mais à l'entendre l'affirmation n'en devenait que plus vraie. Sa voix se voulait grave -le timbre vibrant et mélodieux- et curieusement tout sauf nasillarde en dépit de ce tarin qu'il traînait.

"Juste Drewk ? L'interrogea Dirk.
-Nan nan. Drewk." Répondit l'humain en s'armant d'un sourire, ses fossettes se creusant légèrement.

Dirk étira un léger sourire, hochant doucement la tête avant de se désigner de la même manière, venant ensuite serrer la main de son interlocuteur.

"On m'appelle Dirk, enchanté.
-Le déplaisir est pour moi ! Rétorqua Drewk, arborant un fin rictus avant de rire aux éclats. J'plaisante ! T'aurais vu ta tête ! Un réel plaisir de t'connaître, Dirk."

Drewk opina longuement en conservant ce sourire. Sa bonne humeur était sans doute contagieuse, le gnome se prenant à conserver lui même ce léger sourire qui l'animait depuis quelques minutes.

"Alors, dis moi tout ! Qu-
-Tout." Répondit Dirk du tac au tac, interrompant l'homme avant de se fendre lui même d'un sourire fourbe.

Drewk repartit dans un rire communicatif, le gnome se prenant à ricaner à son tour.

"Je vois je vois ! Môssieur est fin connaisseur des subtilités ancestrales des discussions alambiquées ! Ou dans le jargon Lordaeronnais, le taillage du bout de gras !" Souffla Drewk d'un air exagéré, jouant d'envolée lyrique.

Dirk se fendit d'un rire sincère, cela faisait longtemps qu'il n'avait pas eu l'occasion de rire. C'était plus que bienvenu.

Avatar du membre
Dirk
Membre
Messages : 42
Enregistré le : lun. 4 juin 2018 23:01

Re: Bribes de vie dans la tourmente.

Message par Dirk » lun. 6 avr. 2020 15:56

Inconscience
---
"Il est toujours en vie ?"

C'est vrai que j'ai le cul entre deux chaises... Au final je n'ai pas beaucoup changé. Ou plutôt, j'ai repris mes mauvaises habitudes. Pourquoi je suis incapable de sociabiliser Drewk ? Pourquoi je finis toujours seul depuis que tu n'es plus là ?

"Il semblerait, je suis la première surprise."

Mes yeux sont ouverts. La lumière est intense, mais je finis par faire le point.

"Tu crois qu'il a une chance ?"

Je crois que je suis dans une chambre de soin, je vois quelques rideaux blancs, et une elfe de la nuit à mon chevet.

"Peut-être ? Il n'a pas l'air conscient cela dit."

Je suis là. JE SUIS LÀ. Montre leur, fais quelque chose !

"Si tu le dis, d'ici là d'autres patients ont besoin de soin, quand tu as fini avec celui-ci."

J'ai beau essayer, rien ne semble pouvoir bouger, mon corps ne répond plus.

"J'arrive."

Non, attendez ! JE SUIS LÀ ! Je... ça recommence, tout s'assombri... que vais-je voir encore ?!

------------------------------------------------------------

"EH BAH ON EN SERAIT PAS LA SI TU SAVAIS LIRE UNE CARTE PAUVRE ABRUTI ! Gronda l'un des pilotes nain à son collègue, le poussant gauchement d'un revers de main en plein torse.

-Car c'est moi qui menait la tête de ligne peut-être ?! IDIOT ! T'avais juste à braquer ! Y'a quoi de si dur là dedans ?!" Rétorqua l'autre, manquant d'en venir aux poings alors que la situation s'envenimait entre les deux pilotes de char à vapeur, deux ingénieurs gnomes tentant tant bien que mal de les tenir à distance respectable l'un de l'autre.

Dirk inspira longuement en fermant les yeux, se pinçant l’arête du nez. Il expira toute sa frustration dans un souffle rauque, rouvrant les yeux pour contempler l'étendue marécageuse dans laquelle ils avaient atterrit. Le marais des chagrins était une terre sauvage et dangereuse pour pareils engins mécaniques que des chars à vapeurs, les deux de la coalition gnome-naine de l'Alliance dont il faisait parti semblant bien embourbés. Perché sur le char de tête, il faisait la vigie fusil en mains et lunette à l’œil, la situation était critique. A tout instant, il s'attendait à voir un éclaireur orc apparaître à l'angle de sa lentille de visée et sonner un puissant cor de guerre signalant le début des problèmes et la probable fin de leur existence.

"Braquer ?! Oh car c'est si simple ça ?! Tu m'expliques comment je braque alors que ma roue est déjà à demi embourbée dans la mélasse pauvre demeuré ?! C'était ton job' de nous guider là dedans ! Souffla le premier pilote, écrasant son index sur le torse de son collègue.

-Si t'es pas foutu de suivre mes indications d'puis l'intercom', t'es vraiment pas plus malin qu'un Sombrefer, ta mère d'vait vraiment en t'nir une couche pour engendrer un gamin aussi con !" Rétorqua finalement l'autre, lui envoyant un revers de main en pleine gueule.

Dirk perdit patience avant eux, quittant son poste pour se tourner face aux deux abrutis en pleine argumentation, fulminant de rage en les désignant tour à tour de l'index en entonnant d'une voix forte.

"OI ! TIC ET TAC LES DEUX INCAPABLES DE L'ESCOUADE. ON A COMPRIS VOUS ÊTES FURIEUX, NOUS AVEC ! MAINTENANT VOUS FERMEZ VOTRE GUEULE ET VOUS LAISSEZ LES PROS RATTRAPER VOS CONNERIES OU JE VOUS JURE QUE JE VOUS COLLE UNE BALLE ENTRE LES DEUX YEUX. ON A PAS BESOIN D'AVOIR DEUX ZOUAVES ENTRAIN DE NOUS RAMEUTER TOUT LE MARÉCAGE."

Les deux pilotes restèrent bien cons sur l'instant, les deux ingénieurs à côté adressant un regard presque reconnaissant à leur camarade alors que ce dernier respirait par grande bouffée, l'air excédé.

"ÉLOIGNEZ-VOUS DES ENGINS, ET FAITES SILENCE." Commanda-t'il avec vigueur, désignant un coin éloigné des deux chars embourbés.

Les deux pilotes ne rétorquèrent rien et allèrent sans un mot gagner le lieu désigné, un rappel à l'ordre digne d'une douche froide dont ils se souviendraient, maugréant et reprenant leur argumentation à voix basse. Les deux mécanos quant à eux se remirent en quête de trouver une solution pour déloger les deux engins de la mélasse, tandis que Dirk reprenait son rôle de vigie. La situation était frustrante au mieux, la solution la plus simple serait de tirer les engins à la main, mais ils étaient peu nombreux, le second artilleur avait été envoyé en tête du chemin pour aller quérir des renforts. Il ne restait qu'à attendre et prier, prier quoi là était la question.

Parcourant à nouveau les environs de cette tourbière, le cœur de Dirk rata un battement lorsque ce qu'il appréhendait arriva. Sa lunette de visée rencontra la longue-vue d'un éclaireur qui lui faisait face à une cinquantaine de mètres de là. La jeunesse de l'individu semblait le faire hésiter, un mioche comparé à la carrure abusivement féroce et musclée que lui offrait l'orc moyen jusqu'ici. Sans doute une réalisation quant au fait que leurs adversaires avaient eux aussi des familles, des aspirations. Il ne parvenait pas à se convaincre de tirer, observant sans rien faire ce jeune orc à l'allure fière qui les avait en ligne de mire depuis bientôt deux bonnes minutes.
Son opposant quant à lui n'eut pas la même hésitation, il posa la longue-vue de côté pour attraper son cor et souffla de tout son cœur pour laisser retentir un puissant signal pour quiconque serait à portée. Le gnome pressa la détente en réponse, mais le mal était déjà fait.

Répondre