Fil de vie - Le Rocher

Ici, les rumeurs, la vie de l'escouade, en somme toute l'actualité du bataillon !
Répondre
Avatar du membre
Bugli Brave-Tempête
Administrateur du site
Messages : 174
Enregistré le : dim. 8 avr. 2018 08:36

Fil de vie - Le Rocher

Message par Bugli Brave-Tempête » mar. 19 janv. 2021 18:26

Image Le Commandant Brave-Tempête, demanda à l’intendant Bombar Chante-Grisou de rassembler derechef ses hommes au fortin de Nid-de-l’Aigle. Ils devaient partir pour le port de Menethil dans la soirée afin de mener à bien une opération sensible, classée code rouge par l’État-Major de Forgefer. Aucune information n’avait encore filtré, sauf de la bouche de ce corniaud de Bombar. En effet, Bugli avait ordonné à l’intendant de préparer des vêtements chauds dans le but de voguer sur la mer en direction de Grim Khatraz, une prison haute sécurité.
Image

https://youtu.be/mfVyB7R0sgY

Avatar du membre
Siobhán Mornebrise
Membre
Messages : 91
Enregistré le : ven. 31 janv. 2020 18:05

Re: Fil de vie - Le Rocher

Message par Siobhán Mornebrise » mer. 10 févr. 2021 01:10

Elle retrousse ses manches pour qu’elles ne dépassent pas des vêtements usés de bagnards qu’elle enfile. Le tissu roule et se resserre progressivement jusqu’à garroter ses bras aux coudes. Cette sensation désagréable la replonge quelques instants dans les premiers souvenirs qu’elle se fit chez la Huitième, la vraie, enfin… la sienne.

C’était les mains rustres de Rega qui lui tenait les bras alors qu’elles traversaient toutes deux la Grande Mer sur le dos du capricieux Torvebec. Rega était tétanisée, Siobhan, incertaine de ce qu’elle allait trouver en arrivant dans les Grisonnes. C’était la première fois qu’elle servait l’État-Major de Forgefer aussi directement, et cette première mission, elle la perçoit en l’instant comme déjà lourde de sens. Elle était un espoir désespéré pour Bombar de retrouver et aider la Huitième abandonnée à son sort au Norfendre, malgré les requêtes d’aides formulées à la R&D. La canonnière s’était déplacée pour récupérer les restes de Zim Pliskerine, mais pas pour leur apporter de quoi survivre là-bas.

En Pandarie aussi, la Huitième c’était retrouvé dans de beaux draps, avec pour seule consigne de rapporter une vieille boite. Plus de colonel, plus de commandant. Des choix difficiles, sans doute trop pour une poignée de soldats courageux, mais encore trop peu sages pour les faire. Le bataillon avait finalement choisi de sauver Obelfer de la mort par fidélité, même s’il ne le méritait probablement pas.

Aujourd’hui, c’est sur ce maudit Rocher que l’État-Major allait les lâcher et les enterrer sans les moindres scrupules. « Le colonel a été ferme. Bon courage. » La réponse du pilote lui avait glacé le sang. Elle s’était sentie trahie au plus fort de sa détresse. « C’est quand même ironique de mourir de la main de l’État-Major en allant dézinguer ceux qui étaient à notre très exacte place quelques années plus tôt », se dit-elle en sortant de ses pensées. Les hommes d’Hummel Traque-proie n’étaient que leur futur, un futur plus plausible que tous les autres, mais aussi bien plus dur que tous ceux auxquels elle avait pu penser.

La douleur de sa jambe la raidie quelques secondes alors qu’elle se redresse dans son habit de détenue. Elle fourre son barda dans un sac en jute pour le faire passer pour un sac de vêtements et jette un dernier regard à ses camarades, incertaine de les côtoyer encore longtemps. Quoi qu’il advienne, elle ferait tout pour sauver tous ces bons gars.

Répondre