Fil de vie - Noridormi

Ici, les rumeurs, la vie de l'escouade, en somme toute l'actualité du bataillon !
Avatar du membre
Siobhán Mornebrise
Membre
Messages : 77
Enregistré le : ven. 31 janv. 2020 18:05

Re: Fil de vie - Noridormi

Message par Siobhán Mornebrise » dim. 26 juil. 2020 13:20

Assise au creux des hautes herbes de leur prison, Siobhan médite. Elle médite sur le passé comme sur le futur proche, sur ses actions comme celle des autres, sur ceux qu'ils ont rencontrés depuis leur arrivée en Pandarie comme sur les maux de ce continent toujours à demi-brumeux pour nombre de ses pairs.

Assise au creux des hautes herbes de leur prison, Siobhan médite sur les éléments et le lien qui les unissent à elle, chaque jour un peu plus solide, tel une corde à laquelle viennent se greffer progressivement de nouveaux brins. Elle médite également sur l'utilisation peu sage qu'elle en fait au combat, et l'importance qu'a prit dans son esprit le résultat plutôt que les moyens d'y parvenir.

Assise au creux des hautes herbes de leur prison, Siobhan ouvre les yeux en entendant Oong Percenuage grogner de douleur dans la cahute qu'il n'a pas quitté depuis trois longues années. Elle s'attend à poser le regard sur la vallée en contrebas, magnifique et verdoyante, mais ne trouve au bout de son nez que le visage statique d'une créature qu'elle n'a jamais vue`. Son visage tel un masque de théâtre d'or et d'émeraude lui rappelle celui d'un buffle. La petite chose, haute comme deux bottes, émet un petit rire goguenard en voyant la naine loucher, puis s'élance entre les herbes en se retournant parfois, s'éloignant du petit hameau de fortune.

Très vite, la chamane sent que cette chose est un élémentaire de terre. Sa forme l'intrigue, sa voix également. Le mutisme malicieux de la créature ne lui est pas habituel et éveille sa curiosité. Marchant sur ses traces, Siobhan navigue entre quelques groupes de bambous isolés, jusqu'à trouver un petit renfoncement verdoyant qu'elle n'aurait jamais découvert par elle-même. Virevoltant dans la cuvette fertile, l'élémentaire diaphane ondule autour d'une grosse fleur aux pétales rouges, semblable à un pavot de pluie en de nombreux points, mais demeurant toute particulière aux yeux aguerris de Siobhan. La créature couine joyeusement devant son trésor puis fait à nouveau face à son invitée. Du bout des doigts, elle touche la fleur qui tombe en poussière. La poudre rouge tourbillonne autour du corps sinueux de la créature un instant, avant de venir se déposer en un petit tas au creux des mains de Siobhan.

Tu avais déjà tout ce qu'il te fallait dans les poches... Respirer le fruit de ces vallées est source de vigueur.

Le corps de la créature se dissipe progressivement à mesure de ses mots, pour que ne subsiste que sa voix fluette dans une volute d'air.

Siobhan retrouve le camp quelques instants plus tard pour se cloisonner dans l'une des cahutes à l'abri du vent. Au creux d'un vieux bol à nouilles, la chamane se lance dans la création d'un encens dont elle ne fait que deviner la composition, sacrifiant une bonne partie des herbes qu'elle avait trouvées dans la grotte, et espérant permettre à Oong et son frère de reprendre un peu de poil de la bête.
► Afficher le texte
► Afficher le texte

Avatar du membre
Bugli Brave-Tempête
Administrateur du site
Messages : 163
Enregistré le : dim. 8 avr. 2018 08:36

Re: Fil de vie - Noridormi

Message par Bugli Brave-Tempête » dim. 26 juil. 2020 19:32

Image Image

Toränn frappait, frappait, et frappait encore le mur de jade à l’aide de sa précieuse Sigir. L’arme semblait lui procurer une force inconnue et surtout une envie ardente de venir à bout de cet obstacle. Son ami Olrek, s’il le gardait à l’œil, aurait pu trouver ça étrange et s’inquiéter de la hargne soudaine qui hantait son ami.

Image

Cette brume de jade possédait des particularités étonnantes. Le jeune Maître des Runes eut beaucoup de difficultés à saisir toute l’étendue de ce pouvoir. Par rapport aux données qu’il possédait sur la magie du Chi, cette brume n’avait rien d’apaisante, au contraire. Krant n’en était pas totalement sûr, mais cette brume pouvait être tout et son opposé, le vide comme le plein — ils l’avaient tous vu à l’entrée de cette grotte — la vie et la mort, le noir et le blanc… une dualité opposée sans doute, mais complémentaire. Tout était une question de point de vue, et il fallait maintenant au jeune prêtre saisir réellement cette philosophie étrangère que Zanshira Yao semblait maîtriser.

Image

Les deux mineurs du Bataillon avaient bien avancé. En transparence ils pouvaient apercevoir l’intérieur de la grotte à travers le jade. Les efforts payaient, et payaient plutôt bien. Encore quelques heures tout au plus, et la voie sera libre.

Image

Oong et Haru Percenuage allaient mieux. Ils pouvaient dorénavant marcher et ne devraient plus être un poids mort pour le bataillon. Cependant, les deux frères pandarens n’étaient pas en mesure de se battre, si tant est qu’ils en eussent été capables. Leurs manières et leur façon d’être étaient sans équivoque. Ils avaient l’air d’être de fins marchands aussi redoutables que perfides.

Avatar du membre
Boldruk Barbacier
Membre
Messages : 29
Enregistré le : jeu. 3 mai 2018 16:54

Re: Fil de vie - Noridormi

Message par Boldruk Barbacier » lun. 27 juil. 2020 08:42

Boldruk progressait lentement au milieu des plaines vallonnées de Kun-Lai. La nuit tombait lentement, et au loin, on apercevait la vive lueur du camp Yaungol d'où s'échappait une épaisse fumée grise et noire. Le montagnard observait cet étrange spectacle en silence, mâchonnant un morceau de viande séchée comme pour se donner un peu de courage. Il s'était porté volontaire pour se porter comme "otage" des Yaungols, afin que ceux-ci évitent de mettre la contrée à feu et à sang. Ils avaient besoin de cette alliance avec ces brutes, du moins temporairement. Le moment venu, ils sauraient tirer leur épingle du jeu.

Le montagnard prit une dernière longue inspiration, avant de s'avancer et parcourir les quelques centaines de mètres le séparant encore du campement. Lorsqu'il fut à porter des lueurs des flammes, il interpela l'un des Yaungols, d'une voix forte et calme.

Hola, Yaungol. Je viens voir votre chef, comme celui-ci l'a demandé.
Il s'arrêta à l'orée du campement, attendant qu'on le conduise jusqu'au dirigeant de la Harde. Inutile de les brusquer pour l'instant.

Avatar du membre
Bugli Brave-Tempête
Administrateur du site
Messages : 163
Enregistré le : dim. 8 avr. 2018 08:36

Re: Fil de vie - Noridormi

Message par Bugli Brave-Tempête » mar. 28 juil. 2020 15:23

Image Image

Les maraudeurs Yaungols amenèrent Boldruk Barbacier devant l’immense yourte du chef de la Harde. Les gardes en faction devant celle-ci poussèrent les rideaux puis un autre empoigna le montagnard et appuya sur ses épaules afin de le faire asseoir à la droite de Khuran Ysaar.

—  Assieds-toi, ici ! 

Le chef de la Harde, sans même porter un regard au nain s’adressa à lui d’une voix grave et caverneuse.

— Tu es mon invité. Régale-toi. 

La yourte était enfumée et parfumée d’encens. Au sol des tapis colorés en poil de chèvre, sûrement gagnés lors des pillages offraient le molleton nécessaire à l’arrière-train fatigué de Boldruk. Sur un trône richement décoré des crânes de ses ennemis, Khuran Ysaar siégeait au fond dissimulé par d’énormes volutes de fumée, entouré de ses plus proches guerriers. Assis au sol, ceux-ci mangeaient avec leurs doigts le repas somptueux réservé aux plus vaillants combattants. Le faucon de Khuran, Batzorig, se régalait d’un énorme morceau de viande tandis que ses yeux veillaient sur « Ysaar Khur » l’instrument de musique de son maître. Le chef de la Harde brisa le silence en premier.

— Nous avons encore gagné aujourd’hui, j’en suis heureux. Mais qu’y a-t-il de mieux dans la vie ? 

— L’immense steppe de Kun Lai, un rapide yak, des faucons à ton poing et le vent dans tes poils. »  Lui répondit un autre.

— Faux ! Montagnard, qu’y a-t-il de mieux dans la vie ? » renchérit Khuran Ysaar, l’écume aux lèvres et un rictus de douleur sur son mufle.

— Écraser la Triade de Jade, les voir mourir devant soi et entendre les lamentations de leurs enfants. » lança un autre, trop pressé de montrer sa valeur.

Boldruk n’aura pas eu le temps de s’exprimer sur la question que tous les Yaungols, gorgés d’autosatisfaction, élevèrent la voix. Durant ce temps Khuran Ysaar, fatigué, se leva d’un bond et mit sa main sur la tête de Boldruk comme un père sévère à son enfant.

— Tu rejoins tes amis dans quelques minutes. Mes maraudeurs t’ont préparé un yak et quelques cadeaux en gage de notre alliance. Tu peux garder ce coursier, je te l’offre. Ne me décevez pas comme cet après-midi ou nous vous tuerons, et toi, abominable petite chose, je briserai ton crâne de mes propres mains. 

Khuran Ysaar congédia ses hommes ainsi que son invité de Khaz Modan, avant qu'une vieille sorcière yaungole en profite pour pénétrer dans la tente. Alors que Boldruk patientait dehors, il vit grâce à la silhouette qui s’imprimait sur la tenture, Khuran Ysaar se faire soigner et gémir. En effet, la sorcière lui détacha son armure dorsale et souffla sur son dos une poudre aux vertus magiques. Le yaungol respirait fort et semblait souffrir pendant que la sorcière incantait une bien sombre bénédiction.

Un des gardes du chef de la Harde poussa Boldruk en avant et l’amena vers un yak où se trouvait une caisse renfermant tous les présents que lui avait promis Khuran Ysaar.
► Afficher le texte

Avatar du membre
Krant Orune
Membre
Messages : 53
Enregistré le : lun. 17 févr. 2020 13:21

Re: Fil de vie - Noridormi

Message par Krant Orune » jeu. 30 juil. 2020 08:43

Le lendemain de leurs expédition au sein de l’entrepôt indiqué par Bei Fong, Krant se sera dirigé dans l'espace réservé au érudits du temple. L'accablement des pandarens présent, qui se souciaient de l'état de santé de Wong Shu, lui faisait un pincement au coeur, et ce sera d'un air encore plus déterminé qu'il emprunta une feuille de papier vierge ainsi qu'un pinceau pour tenter de reproduire le portrait de Zanshira Yao, qu'il aura pensé apercevoir juste avant de tomber dans l'inconscience du rêve de jade.
► Afficher le texte
Malheureusement, la figure de la sorcière s'estompait déjà à vitesse grandissante, ne laissant dans sa mémoire qu'un flou vague, tandis qu'il n'avait produit que les contours d'une pandaren, sans aucun détail.

Frustré, le Maître des Runes demandera alors aux érudits de Noridormi de se rassembler, et leur demandera s'ils pouvaient rassembler toutes les cartes, tout les livres, tout les récits et toutes les légendes concernant la Vallée des Quatres Vents, afin de rechercher minutieusement dans ces textes, le moindre indice pouvant permettre de cadriller et localiser l'emplacement possible pour une brasserie, et donc le repaire de Zanshira Yao.
► Afficher le texte
"Nous avons perdu l'occasion d'avoir une autre carte dans notre manche hier. Nous ne savons pas ce que Bei Fong a derrière la tête, et si nous voulons rester maitre de nos mouvements, nous devons trouver cette informations que détient nos ennemis sans faire de marché avec eux. Une alliance avec lui ne sera faîte qu'en dernier recours, alors je vous en prie, aider moi dans cette entreprise."

Avatar du membre
Krant Orune
Membre
Messages : 53
Enregistré le : lun. 17 févr. 2020 13:21

Re: Fil de vie - Noridormi

Message par Krant Orune » lun. 10 août 2020 07:38

Alors que les membres épuisés du huitième bataillons allèrent se reposer après cette rude matinée, le maître des runes s'approchera de la sorcière, et lui offrira un hochement de condoléance.

"Je vous remercie pour votre aide, Lei Huan, et.. mes condoléances pour votre perte.
Bei Fong est mort héroïquement, en gagnant du temps pour nous aider à défendre l'urne."


Posé près du corps du défunt, elle répondit:

"Honorez sa mémoire, et chantez sa bravoure où vous irez.
Nous ne sommes pas tous comme Zanshira."


"Je vous le promet. "

Le prêtre inclinera de la tête en guise d'acquiesement.

"Qu'allez vous faire maintenant?"

"Enterrer Bei Fong. Et j'irai où la brise m'amène."

"Je vois.. J'espère que vous retrouverez la joie de vivre."

"Une dernière chose.. Sauriez vous où se trouve la brasserie qu'avait mentionné Bei Fong? Nous ne vous demandons pas de nous accompagner.. Mais si vous saviez où on pourrait la trouver dans la région..."

"Moi non, mais lui, le sait."

Lei Huan s'approchera de Bei Fong, tandis que Krant détournera les yeux, puis les fermera.

"Nos tatouages veulent dire bien des choses."

Le nain rouvrira les yeux en les écarquillant, le souffle coupé.

"Vous voulez dire que.."

La pandaren passe une main sur le pelage du défunt, qui illuminera les écailles des carpes Kois présent sur son corps, montrant le plan de la région.

Toujours sous le choc de la révélation, Krant fouillera en vitesse ses sacoches, pour en sortir un carnet et un crayon, avant de commencer à gratter furieusement afin de bien mémoriser l'emplacement révélé.
► Afficher le texte
"J'ai pu tout retranscrire dans mes notes.. Encore une fois.. Merci, Lei Huan. Nous irons jusqu'au bout dans cette affaire contre Zanshira Yao, et nous nous assurerons que ceux qui sont mort ne le furent pas en vain."

Il fera un salut militaire en guise de respect, dont cette dernière acquiescera d'un simple hochement de tête, avant de partir se reposer à son tour. L'information aura tout le temps d'être donné plus tard, une fois que tout le monde se sera reposé, et que des affaires plus urgentes terminées, car en effet, Khuran Ysaar avait des comptes à rendre.

Répondre