Ce petit guide des Montagnards a été écrit par un fan du lore de cette faction, issu pour plus de la moitié des informations présentes sur le jeu lui-même mais aussi des livres et des bandes dessinées qui en sont dérivés, et enfin des quêtes non disponibles depuis la refonte de Cataclysm. Certains éléments ont été adaptés, notamment le système de grades, pour des raisons de traduction (système militaire anglo-saxon et système français) - et pour intégrer ce guide dans le roleplay du serveur Kirin Tor.

On ne sait presque rien des Montagnards, si ce n’est que le fusiller nain est l’unité de base des armées naines et ce depuis Warcraft III, fusiller qui déjà portait la célèbre capuche. Le fusiller nain est une unité légère (maille), et selon notre vision se situe naturellement entre le chasseur alpin et le commando de la légion étrangère. Presque exclusivement composés de nains, les Montagnards comptent cependant quelques gnomes que nous avons pu observer à Alterac et des Sombrefers que nous avons pu voir dans le scénario de Mists of Pandaria « Du sang dans la neige ». Situés un peu partout dans le monde, on peut retrouver différentes unités de Montagnards portant différentes couleurs, que nous pensons correspondre à différentes personnalités des bataillons.

Dans ce guide, nous nous sommes donc évertués à les différencier par des identités et des histoires propres à chaque unité, chaque unité correspondant à des zones du jeu dans lesquelles on peut trouver des Montagnards. En espérant que cela vous les rende attachants.

Les Montagnards
Les différents bataillons

Ils représentent le bataillon « zéro » des Montagnards, ceux restés à Forgefer et qui donneront plus tard naissance aux Montagnards, en tant qu’unité mobile et extérieure à la ville. Ils sont lourdement armés, leur présence dissuadant de potentiels assaillants d’attaquer la ville. Ils sont actuellement dirigés par le Commandant Martel-de-Pierre.

Avant-propos
Fierté et Audace

Localisation : Dun Morogh

Points forts : Tireurs d'élite - Parachutistes

En charge du Bataillon : Commandant Falmor

« Premiers à tirer, derniers à tomber »

Les Montagnards du premier bataillon sont connus pour leur audace et leur arrogance. Première unité extérieure directement issue de la formation des Gardes de Forgefer, ils sont réputés pour être « les têtes brûlées » de Dun Morogh, bénéficiant de l’arrivée des gnomes et des avancées technologiques, permettant une expansion de l’aviation et leurs appareils de visée, ce qui fait d’eux des tireurs d’élite, capables de tirer derrière les lignes ennemies. Ils se servent de l’aérodrome de Forgefer comme base aérienne. Leurs frappes de précision leur permettent également d’atteindre des zones sensibles sans toucher leurs alliés. Lorsqu’ils épaulent leur fusil à lunette, leur dicton : « un tir, un mort ».

 

Pas peu fiers d’être les premiers et les meilleurs artilleurs et parachutistes parmi les Montagnards, ils forment régulièrement de nouvelles recrues dans ces spécialités. On a pu les voir durant les invasions de la Légion Ardente dans cette région.

 

Ils sont dirigés par le Commandant Falmor, vétéran des attaques de la Légion et franc-tireur d’exception.

Humilité et Ténacité

Localisation : Loch Modan

Points forts : Fantassins - Hôpitaux de Campagne

En charge du Bataillon : Commandant Rudagite

« Tout le monde se bat, personne ne se barre »

Le deuxième bataillon fut créé par le commandant Aard Obelfer et localisé dans les fortins de la Vallée des Rois et Dun Algaz, leur mission première était de repousser les Orcs Gueule-de-Dragon de ces terres. Ils furent le premier bataillon à intégrer quelques Marteaux-Hardis volontaires, honorant ainsi les anciennes alliances comme on peut le voir dans la Vallée des Rois, où les gigantesques statues de Madoran Barbe-de-Bronze et Khardros Marteau-Hardi sont unis à tout jamais dans la pierre.

 

Les Marteaux Hardis se montrèrent de fervents assaillants, motivés par leur haine des Orcs Gueule-de-Dragon qui avaient contribué à la chute de leur capitale, Grim Batol, après la malédiction de Mogdud Thaurisan. Réputés pour leur rusticité et leur sauvagerie au combat, ils forment une redoutable unité de fantassins endurants, capables de résister aux privations lors de combats prolongés notamment grâce à leurs soigneurs d’exception. Le deuxième bataillon fut longtemps dirigé par le Commandant Obelfer avant qu’il ne cède sa place à l’actuel commandant Rudagite et d’être nommé colonel des armées de Forgefer.

Rédemption et Liberté

Localisation : Bael Modan

Points forts : Sapeurs - Maintien de Sièges

En charge du Bataillon : Commandant Martèlorteil

« La Troisième c'est la bonne ! »

Autrefois originaires des Paluns, les Nains de la troisième passaient plus de temps à boire et à s’encanailler avec les marins de Ménethil qu’à honorer leur service de Montagnards. Pour mettre fin à leurs débordements, ils furent envoyés par l’État-Major dans une des régions les plus arides et les plus dangereuses du monde en Kalimdor. Ils parvinrent néanmoins à s’imposer sur ces terres grâce à leurs talents d’artificiers et de sapeurs, n’hésitant pas à creuser des tunnels et des tranchées afin de tenir l’ennemi en respect. Ces « soiffards » durent travailler dur pour regagner la confiance de leur État-Major et restent encore à ce jour des repentis en accueillant des repris de justice en quête d’une seconde chance.

 

Ayant peu de contact avec les Royaumes de l’Est, loin de tout bastion humain, ils forment une unité très soudée mais méfiante à l’égard des étrangers qu’ils abhorrent. On entend parfois des rumeurs de leurs frasques, qui leur vaut encore une triste réputation auprès des autres bataillons. En première ligne face à la Horde, ils restent néanmoins de redoutables guerriers, prêts à tout pour tenir leur bastion.

 

Le bataillon fut d’abord dirigé par le commandant Doubles-Nattes, mais après la destruction de Bael Modan et la mort de son fils tué par les Taurens en représailles à l’opération menée à Taurajo où de nombreux civils taurens furent massacrés, il fut remplacé par le commandant Martèlorteil.

Austérité et Loyauté

Localisation : Dun Modr

Points forts : Chasseurs de Dragons - Poisons

En charge du Bataillon : Commandant Tresse-Longue

« Faillir c'est mourir »

Appelés les « Mord-Dragons », ces Montagnards sont entrés dans la légende par leurs faits d’armes contre les dragons, montures des Orcs Gueules-de-Dragon, harponnant ces terribles créatures des airs en les attirant dans leurs filets. Localisés dans une zone particulièrement marécageuse et humide, ils sont capables de faire face à toute la faune dangereuse qui y prolifère. Après les difficultés rencontrées avec le troisième bataillon, ils furent recrutés pour leur loyauté et leur caractère implacable face aux menaces les plus extrêmes venues du ciel.

 

Moins bons grimpeurs que les autres unités de par leur localisation, ils sont néanmoins particulièrement efficaces face à des créatures venimeuses et vindicatives, et sont des experts de la toxicologie. Ils tiennent également le viaduc de Thandol. Cette unité est connue pour son professionnalisme et son sang-froid à toute épreuve.

 

Ils sont dirigés par le commandant Tresse-Longue, pressenti pour devenir colonel, il refusa sa promotion pour rester dans la Quatrième et demeure connu pour être l’un des gradés les plus durs des Montagnards.

Honneur et Sacrifice

Localisation : Dun Garok

Points forts : Véhicules blindés - Mécanique

En charge du Bataillon : Commandant Colline-de-Fer

« La mort n'est pas la fin »

Le cinquième bataillon, unité de blindés, était réputée pour son génie militaire et ses mécaniciens de renom. Ils faisaient partie des troupes d’élite de première ligne face à la Horde, capables de briser les lignes de front grâce à leurs engins à vapeur. Cette unité n’existe plus à ce jour mais perdure à jamais dans les esprits de chaque Montagnard. On conte leur histoire au coin du feu, et les Nains lèvent toujours leur chope en leur honneur.

 

Ils furent assaillis par les Réprouvés à dix contre un parce qu’ils défendaient les humains des contreforts de Hautebrande. Après avoir appris que leurs chars avaient été sabotés par les non-morts et voyant leur masse grouillante affluer, le commandant Colline-de-Fer se tourna vers ses hommes en criant « La mort n’est pas la fin ! » qui resta dans les mémoires comme une devise. Ils luttèrent jusqu’au dernier, et suivant les derniers ordres de leur commandant, hantèrent les lieux qui ne purent jamais tomber aux mains des Réprouvés. Dans cette lande hantée et inhospitalière, on entend encore les murmures de leurs esprits torturés empêchant tout étranger de reprendre le fort.

 

De fait, la cinquième n’a jamais été remplacée afin d’honorer leur mémoire.

Tolérance et Intelligence

Localisation : Dun Baldar

Points forts : Génie tactique - Espionnage

En charge du Bataillon : Commandant Souffleboum

« Un soldat éclairé vaut mieux que deux idiots armés »

Réputés pour leur ouverture d’esprit et leur sens de la diplomatie, ils furent envoyés par Magni Barbe-de-Bronze lui-même comme renfort dans la Vallée d’Alterac. Issus pour la plupart de la noblesse de Forgefer, ils sont instruits, possèdent une grande expertise linguistique, et ils apportèrent également leurs connaissances en tactique militaire aux Nains Foudrepiques, ce qui facilita leur incorporation. Ils ont également remporté de nombreuses batailles grâce à leurs maîtres espions et leur connaissance en décryptage. Ces fils de sénateurs et autres riches marchands surent faire de la diversité leur force et furent également les premiers à incorporer un gnome dans leurs rangs, montrant ainsi l’exemple aux autres bataillons en portant haut les valeurs de l’Alliance si chères au roi des Nains.

 

Ils se battent principalement contre les Orcs Loups-de-Givre et parviennent à maintenir leurs positions par leur astuce et leur capacité à exploiter le champ de bataille à leur avantage. Ils sont dirigés par le Commandant Souffleboum, un des rares Nains à obtenir une dérogation pour étudier au sein de l’Université d’Arbrakham. Il devint par la suite un grand tacticien du génie militaire.

Mobilité et Débrouillardise

Localisation : Dun Angor

Points forts : Cavalerie - Première ligne

En charge du Bataillon : Commandant Noirenclume

« A charge de revanche »

Composés des meilleurs cavaliers de Forgefer, on dit des Montagnards de la Septième qu’ils sont aussi têtus et revêches que leurs béliers et tout aussi malodorants. Ils vivent, mangent et dorment avec leur fidèle destrier qu’ils ont choisi durant leur formation. Il vaut mieux éviter de leur parler de Dun Angor, la grande forteresse blanche qu’ils ont gagnée puis perdue face à la ruse des Sombrefers. Redoutables sur la ligne de front, ils sonnent la charge de leur puissant cor, semant la peur et le chaos parmi les troupes ennemies. Réputés sans peur, ils sont plus à l’aise au cœur de la mêlée qu’en défenseurs des murs.

 

Après la défaite de Dun Angor, ils ont été de nouveau mobilisés en Silithus où ils sont encore, disputant les gisements d’Azérite aux Gobelins. Ils sont dirigés par le commandant Noirenclume, connu pour ses accès de colère et dont l’État-Major dit qu’il a la tête plus dure que le granit.

Force et Fraternité

Localisation : Nid-de-l'Aigle

Points forts : Polyvalence - Reconnaissance aérienne

En charge du Bataillon : Commandant Brave-Tempête

« Plus haute est la cime, plus brave est notre cœur »

Unité nouvellement créée par Aard Obelfer, ayant recruté l’ancien aumônier et soldat de la Deuxième Bugli Brave-Tempête pour tenir le poste de commandant, afin de renforcer les troupes en présence dans les Royaumes de l’Est à l’aube de la nouvelle guerre entre l’Alliance et la Horde. Première unité à constituer une section de reconnaissance aérienne, ils incluent également des chamans. Réputés pour leur sens de la fraternité, ils sont capables de se mobiliser sur n’importe quel type de terrain, faisant d’eux le bataillon le plus polyvalent, même pour les missions les plus sensibles.

 

Après avoir participé à la guerre des Épines, la Huitième a été remobilisée dans les Hinterlands pour venir en aide aux Nains Marteaux-Hardis et faire face aux troupes de la Horde dans le Nord. Les unités d’élite aérienne leur permettent d’agir très rapidement et de se déployer sur des terrains extrêmement difficiles. Grâce à son génie performant, ils sont spécialisés dans les attaques commando et les missions classées « à hauts risques ».

 

De par la difficulté et la variété des missions qui leur sont confiées et leur grande mobilité sur le terrain, la Huitième est connue pour son sens de la solidarité et de la famille. Ils sont dirigés par le commandant Brave-Tempête, ancien évêque de Hurlevent, réputé pour sa bienveillance et l’amour de ses hommes.

 

 

La Garde de Forgefer